La proximité parisienne à la peine

Publié le par Fabien Foulon

La proximité parisienne à la peine

Sur la phase 1 du déconfinement, la proxi parisienne était encore en positif (+0,5%), probablement grâce au report de la restauration (salles encore fermées) qui compensait les autres pertes. 

Mais sur le mois de juin, la proxi parisienne subit de plein fouet :
° La réouverture complète des restaurants
° La poursuite du télétravail pour un grand nombre d’actifs => conséquences fortes sur les magasins situés en zones de bureaux
° Le début de la saison touristique estivale => manque à gagner important dans certaines zones de la capitale

L’impact du télétravail (et du tourisme) se ressent particulièrement sur les performances du rayon snacking (sandwiches, salades, etc.)…

Mais aussi sur les achats de convivialité : probablement forte baisse des pots en entreprise vs. juin 2019, baisse des achats touristiques (ex. vin, champagne) et des achats à la sortie du travail.

Et malgré le télétravail, les produits de base tournent au ralenti (+1% vs. +9% en proxi urbaine hors Paris). Probablement à cause de l'exil de certains parisiens dans leur résidence secondaire et d'une baisse du "tourisme Airbnb". 

Cette baisse devrait s'atténuer sur septembre (retour dans les bureaux et baisse de l'impact touristique) et encore plus sur le mois d'octobre (fin de la haute saison touristique). Mais à moyen et long termes, Paris ne reviendra peut-être jamais à son niveau d'avant covid en raison du développement durable du télétravail...sauf si la reconversion de mètres carrés de bureaux en logements permet d'atténuer ou d'inverser la situation ;-)

 

Fabien Foulon

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article